mercredi 9 août 2017

Témoignage d'Anna Lkiss : Le goût du consentement








11 commentaires:

  1. C'est beau et génial et aaah! Merci. :) (engouement de magnitude 6 sur l'échelle du trop bien, oui)

    RépondreSupprimer
  2. Jolie histoire avec une "morale", ou en tout cas matière à réflexion. Merci.

    RépondreSupprimer
  3. Très très bien mais pourquoi parler du "goût du consentement" terme juridique, le "goût du désir" eut été plus approprié, non ? a moins de ne regarder le monde qu'à travers le prisme de la légalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'au contraire le terme de consentement a parfaitement sa place ici, au vu du nombre d'adolescents qui ne savent pas ce que c'est et au vu du nombre de problèmes, sans pour autant aller jusqu'au viol, qui persistent encore autour de ce mot. Amener un terme "juridique" permet de faire comprendre aux gens à quel point c'est important; ce n'est pas juste du désir, c'est quelque chose qui, s'il n'est pas respecté, est punis par la loi. C'est grave, et ça peut détruire.

      Supprimer
    2. Bah non en fait... Le consentement c'est pas "juste" un terme juridique. Ça devrait être la base dans toutes les relation. Le consentement ça doit intervenir a tout les stades d'une relation quelle qu'elle soit. Même pour faire un calins a tes mômes, même pour toucher l'épaule de ton pote. Si tu entre dans l'intimité de quelqu'un a n'importe quelle échelle le consentement intervient. Et c'est une notion vachement différente du désir. Tu peux désirer quelque chose, et pour autant pas consentir a ce que ça arrive...

      Et by the way, c'est pas a toi de poser TES mots sur le ressenti de quelqu'un d'autre. Cette bd ne s'appelle pas comme ça pour le style, elle a un sens, elle fait échoe a un vécu. Et manifestement au vu des réaction au vécu de beaucoup de gens. Donc non, "le gout du désir" non seulement n'est pas plus approprié mais enlève même tout son sens a cette bd. Et ne fait, encore une fois, que normaliser les actes non consentis en les romantisant. Bref...

      NON.

      Oila oila.

      Supprimer
  4. Jolie histoire. Après, faut pas généraliser. Tout ça, c'est aussi une question de sensibilité de chacun, de manière d'embrasser, de qualité de relation. Un baiser volé c'est pas un viol non plus et ça peut aider à briser la glace. Y'a plein de personnes et de situations différentes. Respecter l'autre, c'est assurément essentiel, mais après, y'a plein de cas de figure.

    RépondreSupprimer
  5. Sublime !!!
    Chacune de mes visites ici est une véritable bouffée d'air frais, un coup au coeur.
    Merci pour cette bd si douce et vraie.
    Merci et bravo !

    RépondreSupprimer